ViolenceViolences?Hate crimes ⁄ Que faire? Imprimer
augmenter la taille du texte

Que faire?

 

EN GENERAL: Pourquoi est-il important de porter plainte ?

Dans une société démocratique, tout le monde reçoit les mêmes droits et l’opportunité de les faire respecter. Des victimes ne veulent pas porter plainte car elles ont peur ou pensent que ça ne sert à rien,… Mais rien n’est moins vrai, plus il y a de plaintes enregistrées, plus la police et les autres instances peuvent intervenir efficacement contre ces formes de violence. En cas de déposition, les chances sont plus grandes d’arrêter et de punir l’auteur des faits. De plus, la police et les autres instances reçoivent de ce fait une meilleure vision des vraies circonstances de ces violences.

SI TU ES VICTIME:

1. Que faire?

  • En cas d’urgence, compose immédiatement et gratuitement le 101.
  • Retiens le maximum de détails (heure, lieu, plaque d’immatriculation,…).
  • Récolte les noms et numéros de téléphone des témoins.
  • Dirige-toi au plus vite vers le commissariat de police le plus proche ou vers le commissariat de police de ton choix. Si possible, fais-toi accompagner d’une personne de confiance. En tant que victime, la police est en général le premier service avec lequel tu dois entrer en contact, même si l’identité de ton agresseur t’est inconnue. Comment cela se passe-t-il ? Tout d’abord, dis au fonctionnaire de police qui t’accueilles que tu souhaites porter plainte pour agression. Le fonctionnaire de police doit impérativement enregistrer ta plainte en dressant un procès-verbal (PV). Avant de donner ton accord sur le PV, relis-le bien et si nécessaire demande qu’on le modifie. Tu recevras ensuite une copie de ton audition. Si ce n’est pas le cas, n’hésite pas à le demander. La police fera par la suite une enquête à charges et à décharges. Il est de ton intérêt de porter plainte le plus rapidement possible au commissariat de police le plus proche ou celui de ton choix après les faits pour permettre à la police de disposer d’informations précises (heure, lieu, description du suspect,…) ainsi que des informations sur les dommages que tu as subis. Si tu n’oses pas porter plainte immédiatement, tu as également la possibilité de le faire par écrit et de l’envoyer par la suite à la police. Ce courrier doit mentionner une description précise des faits comprenant le lieu, la date et l’heure, le contexte, la présence de témoins et, si possible, l’identité des auteurs présumés. N’oublie pas que même si le fonctionnaire de police veillera à t’accueillir avec empathie, il a l’obligation de rester neutre et objectif.
  • Consulte un médecin (généraliste, urgences) pour faire constater officiellement tes blessures et recevoir un certificat médical. Si tu es victime d’une agression sexuelle, ton médecin t’informera également des traitements d’urgences (TPE) pour éviter toute contamination par le VIH.
  • Si tu es agressé-e sexuellement, attends avant de prendre une douche ou de changer de vêtements, des indices pourraient disparaître.
  • Si tu ne souhaites pas aller à la police, signale la violence raciste et homo- et lesbophobe via le formulaire électronique sur le site internet du Centre pour l’Egalité des Chances et la Lutte contre le Racisme.
  • Si tu ne souhaites pas aller à la police, signale la violence sexiste et transphobe via le formulaire électronique sur le site internet de l’Institut pour l’Egalité des Femmes et des Hommes.

2. Où te rendre ?

  • En cas de violence sexiste

1) Informe cet acte à l’Institut pour l’Egalité des Femmes et des Hommes (rue Ernest Blerot 1 à 1070 Bruxelles, website: www.igvm.iefh.belgium.be, tél: 02/233.42.65 (heures de bureaux), mail: egalite.hommesfemmes@iefh.belgique.be).

2) Rends-toi à un Service d’Aide aux Victimes pour des renseignements et/ou un soutien psychologique: liste des services d’aide aux victimes.

3) En cas d’agression sexuelle, rends-toi chez SOS Viol pour un soutien psychologique (rue Saint-Bernard 43 à 1060 Bruxelles, tél : 02/534.36.36 (anonymat garanti, heures de bureaux), mail : sosviol@brutele.be).

4) Si tu es victime de violence conjugale, appelle gratuitement le numéro vert « Ecoute Violences conjugales » au 0800/30.030 (ligne anonyme, confidentielle et gratuite, accessible du lundi au samedi de 9h00 à 20h00).

  • En cas de violence raciste

1) Signale-le au Centre pour l’Egalité des Chances et la Lutte contre le Racisme (rue royale 138 à 1000 Bruxelles, website: www.rainbowhouse.be, numéro vert : 0800/12.800 (gratuit, heures de bureau), mail : epost@cntr.be).

2) Rends-toi à un Service d’Aide aux Victimes pour des renseignements et/ou un soutien psychologique : liste des services d’aide aux victimes.

  • En cas de violence homophobe et lesbophobe

1) Signale-le au Centre pour l’Egalité des Chances et la Lutte contre le Racisme (rue royale 138 à 1000 Bruxelles, website: www.diversite.be, numéro vert : 0800/12.800 (gratuit, heures de bureau), mail : epost@cntr.be).

2) Rends-toi à la Maison Arc-en-Ciel pour un soutien psychologique (rue du Marché au Charbon 42 à 1000 Bruxelles, website: www.rainbowhouse.be, tél: 02/503.59.90 (heures de bureau), mail: info@rainbowhouse.be).

  • En cas de violence transphobe

1) Informe cet acte à l’Institut pour l’Egalité des Femmes et des Hommes (rue Ernest Blerot 1 à 1070 Bruxelles, website: www.igvm.iefh.belgium.be, tél: 02/233.42.65, mail: egalite.hommesfemmes@iefh.belgique.be).

2) Rends-toi chez Genres Pluriels pour un soutien psychologique (rue du Marché au Charbon 42 à 1000 Bruxelles, mail: contact@genrespluriels.be)

SI TU ES TEMOIN:

  • Fais du bruit ! Fais un scandale pour faire peur à l’agresseur et laisser le temps à la victim de s’échapper.
  • En cas d’urgence, compose immédiatement et gratuitement le 101.
  • Si tu ne souhaites pas intervenir seul-e, regarde si d’autres témoins peuvent t’aider.
  • Retiens le maximum de détails (lieu, heure, plaque d’immatriculation…). Si possible prends une photo de l’agresseur sans te mettre en danger. Ces éléments seront d’une grande aide pour la victime, surtout si elle souhaite porter plainte.
  • Récolte les numéros de téléphone et les noms des autres témoins de l’agression.
  • Viens en aide à la victime et regardez ensemble quelles étapes entreprendre. Témoigner, même de manière anonyme, est très important pour la victime.

Services d’aide aux victimes (PDF)

© Egalité des Chances Diversité 20 Bld du Jardin Botanique – 1035 Bruxelles T. : +32(2) 800 36 75 F. : +32(2) 800 38 08 Mail : egalitedeschances@mrbc.irisnet.be